Sécurité alimentaire

Bref historique​

Depuis 2005, les différents partenaires de la région se préoccupent de sécurité alimentaire. Au fil de ces années et avec la mobilisation de plusieurs instances de concertation, de nombreuses initiatives ont été mises en place afin de contrer l’insécurité alimentaire des lanaudois.

Malgré tout le travail accompli, ce sont 60 000 lanaudois, dont plus de 20 000 enfants qui vivent encore de l’insécurité alimentaire sur le territoire. Ce constat a amené les partenaires à réfléchir et à agir différemment.

Au Québec, plusieurs territoires s’organisent autour du concept de « système alimentaire durable » et remarquent des impacts positifs sur la santé, la sécurité alimentaire, l’économie, la culture et l’environnement de leur région.

C’est dans cette visée que le Comité régional en sécurité alimentaire (CRSÉA) de la Table des partenaires du développement social de Lanaudière (TPDSL) et le chantier Saine alimentation pour tous (SAPT) du Plateau lanaudois intersectoriel (PLI) ont décidé d’unir leurs forces. NOURRIR LANAUDIÈRE a ainsi vu le jour.

Grâce à l’accompagnement de Vivre en Ville et à l’expertise de différents acteurs du milieu, cette concertation constituée de près de vingt-cinq partenaires, souhaite développer, structurer et opérationnaliser le Système alimentaire durable lanaudois.

Mission : « Mobiliser les acteurs du milieu autour des enjeux de saine alimentation pour tous et de sécurité alimentaire afin de structurer et développer le système alimentaire durable lanaudois. »

Vision : « Opérationnaliser le système alimentaire durable lanaudois en agissant dans les 5 axes (production, transformation, distribution, consommation et valorisation des matières résiduelles), permet une meilleure accessibilité tant physique qu’économique à des aliments sains et locaux, en particulier pour les personnes en situation de vulnérabilité. »

Valeurs :

  • Solidarité : Rapport existant entre les personnes et les organisations qui, ayant une communauté d’intérêts, sont liées les unes aux autres. Sentiment d’un devoir moral envers les autres membres du regroupement, fondé sur le respect.
  • Cohérence : Rapport d’harmonie ou d’organisation logique entre les actions et les objectifs des différentes organisations partenaires.
  • Transparence : Parfaite accessibilité de l’information entre les comités, les partenaires et les différents réseaux et ce, dans une optique d’intégrité.
  • Reconnaissance : Action de reconnaître la légitimité des partenaires dans les différentes sphères d’actions.

Qu'est-ce qu'un système alimentaire durable

Un système alimentaire durable est un réseau de collaborations territoriales qui intègre l’ensemble du cycle de vie des aliments dans le but d’accroître la sécurité alimentaire et la santé nutritionnelle d’une population sans compromettre les bases économiques, sociales et environnementales nécessaires à celles des générations futures.

Pourquoi développer et structurer le Système alimentaire durable lanaudois? :

    • Pour mieux connaître et comprendre notre système alimentaire régional
    • Pour faire émerger des projets structurants favorisant l’accessibilité physique et économique à des aliments de qualité pour les personnes en situation de vulnérabilité
    • Pour réduire le gaspillage alimentaire
    • Pour une meilleure souveraineté alimentaire régionale
    • Pour que les produits lanaudois se retrouvent davantage dans nos assiettes
    • Pour que les lanaudois s’identifient à ses produits de qualité et choisissent de les consommer davantage
    • Pour améliorer la santé et les saines habitudes de vie des LanaudoisTerritoires Nourricers

 

Un reportage vous est présenté par VIVRE EN VILLE pour en apprendre d’avantage : Territoires Nourriciers
Comment se lancer

La sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire se définit comme « le fait de favoriser l’accès à une alimentation saine, adéquate, abordable et suffisante, en respect de l’environnement, et de favoriser le développement des habiletés culinaires et des connaissances nutritionnelles » (TPDSL, nov. 2011). Selon le Cadre de référence en sécurité alimentaire du ministère de la Santé et des (&rbsp;) Services sociaux du Québec(2) (MSSS), le concept de sécurité alimentaire signifie que :

  • chacun a, à tout moment, les moyens tant physiques qu’économiques d’accéder à une alimentation suffisante pour mener une vie active et saine;
  • l’aptitude de chacun à acquérir des aliments est garantie;
  • l’accès à une information simple, fiable et objective qui permet de faire des choix éclairés est assuré;
  • les aliments proprement dits sont satisfaisants sur le plan nutritionnel et acceptables sur le plan personnel et culturel;
  • les aliments sont obtenus d’une manière qui respecte la dignité humaine;
  • la consommation et la production d’aliments reposent sur des valeurs sociales à la fois justes, équitables et morales;
  • les aliments sont produits et distribués d’une manière respectueuse d’un système agroalimentaire durable.

Les déterminants de la sécurité alimentaire

Selon le MSSS, les déterminants peuvent être soit individuels, soit collectifs.
Les déterminants individuels, tels que reconnus par le ministère, sont les suivants :

  • un faible revenu;
  • un faible niveau de scolarité;
  • la monoparentalité;
  • l’appartenance à une communauté ethnique minoritaire;
  • l’appartenance à un ménage de grande taille.

Les déterminants collectifs, quant à eux, sont :

  • l’environnement interpersonnel et social (surtout la famille);
  • l’environnement physique (proximité et transport);
  • l’environnement économique (le pouvoir d’achat et le coût des aliments);
  • les politiques publiques (revenu, logement, transport, système alimentaire durable, etc.).

Pour  plus d’information : charlene.guertin@tpdsl.org